Vidéos

Election des orpailleurs de Guinée : la confusion et l’incompréhension règnent

L’union nationale des orpailleurs de Guinée(UNOG) devait tenir son élection ce mois de juillet pour renouveler le bureau exécutif mais l’incompréhension et la confusion sévissent au sein de l’association. Une date pour la tenue du scrutin a été fixée par la commission d’organisation mais les autorités et le bureau sortant se sont opposés.

La commission d’organisation avait prévu d’organiser l’élection le 06 juillet 2019 pour renouveler le bureau exécutif national des orpailleurs de Guinée à Siguiri. Les différents candidats avaient même entamé les campagnes dans les médias de la préfecture.

Selon la commission d’organisation, 5 candidats sont en lice pour la conquête de la présidence de la structure y compris Elhadj Bakary SACKO, candidat à sa propre succession.15 millions de FG est le montant fixé pour la caution par candidat.

Mais à la veille du scrutin, dans une interview qu’il a accordé à un confrère,le préfet de Siguiri a dénoncé l’attitude de la commission d’organisation. Le colonel Moussa CONDE a déclaré ne pas être saisi officiellement pour l’organisation de cette élection. « Nous sommes les représentants de l’Etat. Aucun de nos chefs hiérarchiques ne nous a informé d’une élection des orpailleurs à Siguiri,ni notre ministre de tutelle, ni le ministre des mines encore moins les organisateurs » a-t-il déclaré

Le premier responsable préfectoral de Siguiri dit avoir appris l’information sur les ondes des médias locaux. Une manière qui a indigné le préfet et lui a incité à faire une mise en garde à l’encontre des organisateurs de cette élection. « J’ai suivi leur propagande à la Radio. Pour en savoir un peu plus, j’ai contacté mon chef, lui également n’était pas informé pour prendre toutes les précautions de sécurité. Mais, comment tu peux faire un baptême dans une famille sans informer le chef de famille ? Le pays est commandé et Siguiri est également commandé. Il n’y aura pas d’élection des orpailleurs à Siguiri. Celui qui va tenter me trouvera sur son chemin » a martelé le colonel Moussa CONDE

D’après le préfet, l’engouement qu’il a constaté autour de cet évènement nécessite des mesures de sécurité conséquente.

Au cours d’une conférence de presse tenue le 02 juillet 2019 à Conakry, le bureau sortant de l’UNOG a déclaré aussi que le gouvernement a suspendu l’organisation de toute élection dans ce secteur.A cause, dit-il, de la situation sociopolitique qui prévaut dans le pays. « Pour le moment nous devons nous abstenir de tout mouvement pouvant créer des remous en Guinée en général et dans les Zones minières en particulier. Nous sommes commandés par l’Etat.Si l’Etat dit qu’il n’y aura pas d’élection pour le moment on reste derrière cette décision » a exprimé le président actuel de l’UNOG Elhadj Bakary Sacko.

Par ailleurs la reconnaissance légale de la commission qui se charge d’organiser cette élection pose un autre problème. Le bureau exécutif présent de l’UNOG refuse de reconnaitre celle-ci et soutient qu’elle est mise en place par les dissidents de la corporation.Un appel a été lancé à l’endroit de ceux qui se désolidarisent de la décision des autorités « c’est le lieu de dire que nous avons été surpris d’entendre un communiqué du Directeur de campagne d’un candidat qui est une marionnette de certains cadres véreux et corrompus et qui tapient dans l’ombre. Des dissidents ont même prévus d’organiser une élection le 06 juillet à Siguiri pour élire leur président. Mais nous avons l’œil sur eux et nous nous restons jusqu’à présent derrière la volonté exprimée par nos autorités » a lancé Bandjan KOUROUMA, secrétaire général des orpailleurs de Guinée.

Dans un communiqué rendu public, le bureau exécutif national de l’UNOG de Monsieur SACKO a porté à la connaissance de l’ensemble des orpailleurs de Guinée, les structures de base régionales, préfectorales et sous-préfectorales qu’au vu de la situation sociopolitique du pays,que tout congrès de renouvellement du bureau est suspendu sur toute l’étendue du territoire national(…)Le président de l’UNOG a tout de même interpellé le camp adverse à mettre balle à terre et de les rejoindre afin de conjuguer le même verbe.

Selon le bureau exécutif la fixation de la date pour l’élection d’un nouveau président, fera l’objet d’un communiqué de l’autorité compétente.

Mais la commission rejette en bloc les allégations de déficit d’information à l’intention des autorités dont elle est reprochée. Elle s’est également prononcée sur sa légitimité.

Selon nos informations recueillies auprès d’un membre de la commission, le 27 juillet 2018 une assemblée générale extraordinaire a eu lieu au domicile du président sortant Elhadj Bakary SACKO.11 préfectures ont participé à cette réunion dont 2 membres par préfecture. A l’issue de cette rencontre, il a été décidé de mettre en place une commission.Après 3 mois de travail avec les techniciens du ministère des mines mis à la disposition de la commission pour élaborer son statut et règlement intérieur, Le Ministère de l’administration du territoire a octroyé l’agrément à la commission.

Ensuite elle a organisé une rencontre à Kankan pour discuter avec les structures de base sur les modalités de l’organisation de l’élection. A L’unanimité l’ensemble des orpailleurs ont décidé de commencer par l’élection du bureau national. Pour finir avec les élections préfectorales et communales.

 Des courriers ont été adressés aux autorités de Conakry à tous les niveaux concernés pour les informer de la conclusion de la réunion de KANKAN « Une lettre a été adressée au ministère de l’administration du territoire, une autre à monsieur le Ministre des mines et géologie. La Banque centrale, le Patronat et les différents candidats, chacun a reçu une lettre accompagnée du procès-verbal de la réunion de KAKAN.Nous avons toutes les décharges avec nous » a indiqué le secrétaire général de la commission

D’après la commission bien que les correspondances aient été envoyées à ces différents départements, aucune réponse n’a été donnée pour dire que l’élection n’aura pas lieu le 06 juin à Siguiri

L’incompréhension entre les deux groupes ne se résume pas seulement à la date d’organisation des élections. Mais aussi par quelle élection commencer.

Tandis que le Groupe de SACKO soutient que l’élection doit débuter par les structures de base, c’est-à-dire les communes, préfectures, sous-préfectures, la commission quant à elle déclare que les orpailleurs souhaitent que le scrutin parte de l’élection du bureau exécutif national.

Dans tous les cas, retenons que les futures élections des orpailleurs de Guinée s’annoncent dans un climat très tendu entre Groupe rivaux. Il serait nécessaire que le Ministère des mines et géologie s’y implique pour un déroulement pacifique.

A suivre

Toumany CAMARA

623 63 33 54

Afficher plus

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer