Interview

Mohamed Lamine SY SAVANE, Directeur Général du CPDM « Notre pays est la destination minière par excellence »

Ingénieur géologue et actuel Directeur Général du CPDM, Mohamed sy savané a accordé lundi dernier un entretien à la Rédaction du site d’information minière Nimba Gold. Info. Du rôle du CPDM, les réformes engagées et sa dernière mission effectuée en Australie pour la promotion du secteur minier guinéen, Mr Savané s’est bien prêté à nos questions.

NIMBAGOLD.INFO : Monsieur le Directeur,  expliquez  à nos lecteurs, c’est quoi le CPDM ?

MOHAMED LAMINE SY SAVANE : Le CPDM signifie Centre de Promotion et du Développement Minier, guichet unique pour le secteur minier en ce qui concerne l’octroi,la renonciation, le renouvellement et toutes activités relatives auxpropriétés réelles des titres miniers.

Quel est le rôle du CPDM dans le secteur minier ?                                             

Le CPDM joue un rôle extrêmement important à la fois stratégique et économique.Stratégique en ce sens que c’est le guichet unique qui permet aux investisseurs miniers intéressés, à pendre des titres miniers et ou des autorisations d’exploitation de carrières pérennantes.Le CPDM au nombre de ses divisions,a une division qu’on appelle division cadastre qui enregistre toutes les demandes d’octroi,de renouvellement des titres miniers et autorisations.

Depuis votre nomination à la tête de cette structure quelles sont les reformes que vous avez engagées pour attirer plus d’investisseurs dans le secteur minier guinéen ?

Avant, c’était très difficile d’accéder au cadastre minier en temps réel.La lourdeur administrative, la rétention des documents par endroit faisait que certains investisseurs quittaient notre pays. Ils pouvaient venir séjourner trois mois, six mois, une année durant sans avoir gain de cause. Ils étaient obligés par la nature de la gouvernance de quitter la Guinée.

Mais aujourd’hui,grâce au soutien de la haute autorité, je veux parler du ministre des mines mais aussi du président de la République,le Cadastre minier, comme vous le savez, a fait l’objet d’un assainissement et de modernisation du système. Il permet aujourd’hui de voir l’ensemble des sociétés minières qui évoluent déjà en Guinée et  celles qui ont l’intention d’investir de choisir des zones qu’ils veulent explorer pour aboutir à une exploitation du gisement qu’ils désirent.

 A mon arrivée, il était question que deux réformes soient mises en avant : la procédure cadastrale et l’arrêté conjoint fixant les droits et les  taxes liés à l’activité minière. Grâce à la clairvoyance du gouvernement, tous les départements concernés à cet effet se sont alignés et les reformes ont été effectives.

Aujourd’hui, nous avons un cadastre moderne qui permet à tous les investisseurs de se renseigner sur le potentiel minier de la Guinée. L’amendement du code minier en 2013 a rendu le secteur plus attractif aux yeux des investisseurs.

La célérité, l’efficacité et la transparence que la Guinée fait preuve maintenant dans l’attribution des titres miniers et de la publication en ligne de toutes les conventions. Il n’est de secret pour personne qu’en Guinée on peut accéder à tous les accords signés avec les sociétés minières. C’est un apport inestimable pour le développement de notre pays à l’actif du chef de l’Etat, le professeur Alpha Condé.

Le progrès du secteur minier se repose aussi sur la qualité du personnel des services techniques. Au CPDM, j’ai trouvé un personnel dévoué, un personnel avec qui je me suis dit qu’on peut faire du nouveau avec les anciens. Je me suis inscrit dans une logique d’avoir un travail participatif, d’avoir confiance en tout le monde. Demander à tout le monde ce qui ne va pas, pour progressivement corriger les tares. Et amener tous les employés à avoir un esprit public ; c’est-à-dire travailler pour une cause nationale. Faire en sorte que chacun comprenne que ce que nous nous faisons ici impacte le dernier guinéen où qu’il se trouve sur le territoire national.

Notre façon d’accueillir les investisseurs,les aider à avoir les titres miniers et les mettre ensemble avec les communautés à un impact sur la vie de notre pays.Donc au nombre des reformes nous pensons qu’une bonne partie est déjà réalisée.

Nous avons eu la chance au ministère des mines d’avoir des hauts cadres : Monsieur le Ministre des mines et la géologie Abdoulaye Magassouba, son secrétaire général Sadou Nimagan qui connaissent le secteur minier et qui sont à l’écoute de tout le monde. Ce qui permet aujourd’hui aux services techniques de l’administration minière d’être beaucoup plus performants. Ce qui a permis au CPDM d’être là où il est aujourd’hui en terme de performance.

Nous sommes dans la logique d’accompagner les autorités pour pérenniser les acquis et faire en sorte que ce qui reste à faire puisse être vraiment réalisé dans les meilleurs délais.

Qu’est ce qui reste à faire selon vous ?

 Il faut passer au suivi sur le terrain. Faire en sorte que les jalons qui sont déjà posés puissent vraiment tenir bon et que le rapport entre l’Etat, les sociétés et les communautés puissent se renforcer tous les jours.Faire en sorte que notre contribution puisse amener les communautés à se mettre dans la logique de, pendant et après les mines.

Aujourd’hui vous n’êtes pas sans le savoir que beaucoup de progrès ont été réalisés pour faire profiter aux guinéens des retombés de l’exploitation minière. C’est le cas du fond de développement économique et local (FODEL)qui est un prélèvement fiscal sur le chiffre d’affaire des sociétés minières,à compter de l’année de commercialisation du minerai. Le prélèvement du FODEL se fait selon la nature des substances : Quand c’est la bauxite et le fer c’est 0,5%. En ce qui concerne les matières précieuses : l’or et le diamant c’est 1%. Il y a aussi l’agence nationale de financement des collectivités l’(ANAFIC) qui intervient dans le développement économique local : ce sont les 15% issu de l’ensemble des revenus miniers qui contribuent au développement en péréquation de toutes les collectivités sur le territoire national. Parce qu’il y a des localités qui n’ont pas d’activité minière à date. Elles bénéficient de ce prélèvement pour faire face aux infrastructures sociales de base.

 Sur les aspects environnementaux.Nous savons certes qu’il y a par endroit des perturbations sur notre écosystème.Mais des mesures de mitigation,des mesures correctives sont en cours pour une restauration des sites déjà exploités qui ne font plus l’objet d’activité minière. Il faudrait aussi, conscientiser,amener les collectivités à faire bon usage des fonds mis à leur disposition pour créer le maximum possible des activités génératrices de revenus(AGR).

Un autre grand défi pour nous aujourd’hui est la transformation locale de nos ressources minières. Il y a des projets qui se sont engagés dans cette logique. Ne se reste que dans un premier temps la bauxite en alumine. Et à la longue, passer en aluminium.

Les autres éléments tels que les matières précieuses vont connaitre aussi des semi-traitements : l’or,le Diamant. Dans le domaine del’or surtout, il y a des partenaires intéressés à faire une valeur ajoutée localement au lieu qu’il ne soit exporté en brut du territoire national.

 Au nombre des défis je mets un accent particulier sur le renforcement des capacités des administrateurs miniers. Parce que ledéveloppement du secteur minier se repose essentiellement sur la qualité du personnel. Donc il faudrait continuer à former les travailleurs.

Que pouvons-nous retenir de votre dernière visite en Australie ?

L’Australie est un rendez-vous classique pour nous,chaque année, le ministère des mines est au rendez-vous.Cette fois ci l’honneur a été donné à ma personne de conduire une délégation. En ma qualité du directeur du centre de promotion et du développementminier, j’ai tenu un exposé pour dire aux investisseurs que notre pays est la destination minière par excellence.Nous avons exposé les reformes opérées avec la politique du président de la république le professeur Alpha Condé et son gouvernement.

Nous avons profité pour expliquer aux investisseurs que la Guinée bien qu’elle soit aujourd’hui le premier pays exportateur de bauxite sur le marché chinois et troisième pays producteur de la bauxite sur le plan mondial, détient aussi des substances extrêmement importantes qui sont inexploitées.Telles que : notre plus grand dépôt de minerai de fer de simandou, à côté duquel vous avez tant d’autres gisements qui sont convoités par les investisseurs étrangers.

Nous avons eu l’opportunité de parler de toutes les substances : l’or, le diamant, le cobalt, le graphite, le Nikel que notre pays dispose.

 C’était le lieu pour nous de vendre les acquis de la troisième République, inviter les investisseurs à venir, leur montrer que la Guinée dispose suffisamment de substances diverses à développer. Nous leur avons démontré toutes les opportunités qui existent en Guinée favorables à l’investissement dans le secteur minier : les opportunités de recherche,de construction des barrages hydroélectriques, de construction des infrastructures auxiliaires. Par exemple, le port en eau profonde que le Gouvernement prévoit du côté de Boké vers Kanfarandé, et celui de Benti.

Nous leur avons dit que le gouvernement guinéen encourage la mutualisation de toutes les infrastructures réalisées, destinées à l’exploitation minière pour permettre la réduction des coûts des projets mais aussi réduire les impacts négatifs sur l’écosystème.

A l’issu de cette mission en Australie, plusieurs compagnies nous ont manifesté leur intérêt de se rendre en Guinée dans les prochains jours pour investir surtout dans les matières précieuses.

Quels message avez-vous à faire passer avant de boucler cet entretien ?

 Le plaisir a été pour moi de vous recevoir pour une communication aussi intéressante pour nous et pour notre pays. Je lance un appel à mes frères jeunes que nous avons le devoir de se lever de se battre par notre façon, par le positionnement de chacun d’entre nous pour le développement de notre pays.Nous avons eu la chance d’avoir élu le professeur Alpha Condé président de la République de Guinée.Nous jeunes,nous notons par ses actions que nous sommes au cœur de ses préoccupations.Aujourd’hui en Guinée vous avez du mal à dénombrer les jeunes Directeurs généraux,directeurs nationaux,directeurs régionaux,chefs de division,responsables à tous les niveaux. Voilà une action qui nous réconforte à plus d’un titre qui nous amène à soutenir sans faille la politique du président de la République. Je rends grâce à Dieu pour cette confiance qui a été placée en ma personne. Et je rends grâce à Dieu à cette compréhension, ce choix que le Ministre des mines à bien voulu porté sur moi et la compréhension qui existe entre la haute hiérarchie et nous les jeunes cadres.Notre volonté est d’accompagner les actions du président de la république pour le mieux et le bien-être de la population guinéenne.

Monsieur le Directeur merci d’avoir répondu à nos questions

Je vous remercie

Propos recueilli par Toumany Camara 623- 63 -33- 54

Afficher plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer